VIDÉO. À 19 ans, Jessica se réoriente et suit sa passion : l’esthétique.

À 19 ans et après avoir entamé des études scientifiques, Jessica a tout arrêté pour se réorienter vers sa vraie passion : l’esthétique.
Aujourd’hui, à 22 ans, elle est vice-championne de France et représente son pays à la compétition WorldSkills, un concours mondial.


« C’est pas parce que j’ai choisi une filière professionnelle que je ne sais pas réfléchir. »

« Un matin, en amphi, avec 800 personnes autour de moi, je me suis dit : mais en fait, qu’est-ce que je fais là ? Et c’est là où j’ai eu le déclic » raconte Jessica. À 19 ans, elle change radicalement de voie, n’étant pas très emballée par ses études de biologie. Elle termine son année de licence et décide de vivre sa passion. Ses parents sont d’abord un peu inquiets, notamment à cause des idées reçues sur le métier d’esthéticienne.
La jeune femme tente désormais de lutter contre les clichés qui entourent la profession d’esthéticienne : « C’est pas parce qu’on travaille dans un milieu esthétique qu’on est forcément superficiel et qu’on est écervelé. On fait des études, on a des cours de science, d’anatomie et c’est un métier qu’il faut mettre en valeur parce que c’est un métier artisanal et le savoir-faire français est super important » explique Jessica.

Aujourd’hui, à 22 ans, elle est vice-championne de France et représente son pays à la compétition internationale WorldSkills, l’Olympiade des métiers. Passionnée par son travail d’esthéticienne, elle chérit surtout le contact avec les clients : « C’est des gens qu’on verra qu’une seule fois dans notre vie et finalement, il faut leur donner tout comme si c’était quelqu’un qu’on aimait de tout notre cœur ». « J’ai envie d’être la personne dans la journée de ma cliente qui lui a égayé son heure et demie de massage ou ses deux heures de soin » ajoute Jessica. »

Voir ICI les différentes questions à explorer avec les jeunes autour d’un témoignage.

Lien article sur BRUT.

Laisser un commentaire

Powered by WordPress.com. Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :